ARCHI-TERRE

Titre du projet 2014/2015

Enseignement à valeur pédagogique ajoutée pour la

promotion d’une méthode constructive traditionnelle et du développement durable.

Je souhaite participer à ce projet: Je fais un don / Je fais un virement

DESCRIPTION DU PROJET ET RESULTATS ATTENDUS

Mise en place d’un outil pédagogique pour la promotion d’une culture constructive ancestrale en vue d’un renouveau architectural faisant appel aux éco-matériaux et aux énergies renouvelables. 

Aujourd’hui, l’énergie solaire représente 90% de l’énergie renouvelable dans le monde. L’Afghanistan connaît 10 mois sur 12 de soleil. L’utilisation solaire dans des bâtiments en terre  peut être pour ce pays un élément de réponse à ces besoins énergétiques pour le logement, mais aussi pour le développement de son économie. Pour cela, il faut apporter les connaissances aux professionnels de la construction et l’Université Polytechnique de Kaboul peut jouer ce rôle. Depuis une dizaine d’années, de nombreux pays du monde mettent en place une politique constructive et énergétique faisant appel à ces ressources renouvelables, l’Afghanistan peut faire partie de ces pays.
La France pourra y faire valoir les projets qu’elle soutient en Afghanistan.


Pourquoi une telle formation et quelles lacunes dans le système actuel
 
La méthode de l’enseignement à l’UPK est restée très scolaire. Les méthodes d’enseignement des étudiants de la première année à la 4ème année se font uniquement sous forme de cours avec examens écrits, or les étudiants n’ont ni considération ni conviction pour ce type d’enseignement. Même la dimension esthétique de l’architecture est totalement absente de leur préoccupation.
Les étudiants de l’année de diplôme manquent totalement de repères fondamentaux relatifs à la culture architecturale. Absence de méthodes constructives, de règles, de représentations et de pratique de conception et matérialisation. Les savoir-faire des étudiants, même diplômés, sont trop restreints. 
Les étudiants sont prioritairement axés sur les techniques de la construction surtout  en  béton armé, sans souci de l’environnement, ignorant l’existence des éco-matériaux,  ignorant la définition du bâtiment BBC  et ne maitrisant pas les énergies renouvelables.
Les étudiants dans leurs projets de diplôme produisent des grands ensembles, donc des bâtiments très énergivores, ne se préoccupant absolument pas de la consommation énergétique, encore moins du coût et des ressources dont dispose le pays. Pour toutes ces raisons, l’Afghanistan doit gérer son économie du bâtiment à travers les coûts de fabrication et de transport.  Les étudiants doivent apprendre à en tenir compte dès l’étude de projet.
1.    Description du Projet
OBJECTIFS
1.    Objectif général : Formation pédagogique applicable.
Le centre d’architecture de terre s’inscrit dans le cadre du développement durable et de la transition énergétique.  Les nouvelles méthodes constructives  avec des éco-matériaux   sont des choix à promouvoir par les concepteurs auprès des maîtres d’ouvrage, qu’ils soient publics ou privés. Le maître d’œuvre doit avoir une nouvelle approche de projet. Cela requiert au départ des connaissances. Les architectes pourront alors faire des propositions, faisant appel aux énergies renouvelables, en particulier dans un pays comme l’Afghanistan où les matières naturelles sont très abondantes en particulier l’énergie solaire. Le département d’architecture de l’UPK ne peut pas se tenir à l’écart de ces enjeux et peut remplir le rôle de formation pédagogique applicable des futurs concepteurs.
L’objectif est donc de donner accès aux étudiants de 5ème année à une formation généraliste sur le développement durable, puis une approche globale de projet capable de fixer des objectifs précis pour aboutir à des choix réalistes adoptant les énergies renouvelables que l’on trouve dans le pays.
1.    Objectif spécifique
Pérenniser  le pôle d’architecture de terre, une pole de formation pédagogique  autonome en énergie (domaine d’application).
Le concept de développement durable, et des bâtiments BBC  sont  encore peu développé chez les architectes et les ingénieurs afghans.  Les étudiants doivent s’approprier les enjeux de cette politique éco-matériaux et  d’énergie renouvelable. Une mise en pratique sur le site même du pôle de recherches  est la meilleure façon de convaincre, d’avoir de la crédibilité et de prouver son efficacité.
1.    Description de l’action
MISE EN OEUVRE
Convention entre :
 L’ASSOCIATION DARAH-AFGHANISTAN, qui intervient depuis 2005 à l’UPK,  sera en charge de la mise en place du nouveau projet avec l’appui  des professeurs et techniciens sur une période de deux ans,
et
    L’Ambassade de France en Afghanistan.


Chef de projet :
-    Monsieur FROZ  Ashmat, architecte d.p.l.g.,  vice-président de Darah, chargé de mission au centre de formation pédagogique  et de recherche sur l’architecture de terre pour l’association DArah,  suit le centre d’architecture de terre, devenu pôle d’enseignement et de recherche sur le développement durable depuis sa création.

Actions d’enseignement :
-    Cours  et TD  aux étudiants de 5ème année du département d’architecture et génie civil   (cours théoriques, diaporama, conférence, supports photographiques).
    Mise à disposition des étudiants d’ouvrages sur le thème du développement durable à la bibliothèque du centre.
Actions d’application :   Promotion des méthodes constructives durables    Mise en place d’équipements solaires : panneaux photovoltaïque (production électricité) dans  les  bâtiments principaux  du pôle d’architecture, de façon à pouvoir utiliser une énergie renouvelable et gratuite pendant toute l’année, surtout en période hivernale. Les bâtiments construits depuis 2005 seront aussi l’exemple des travaux pratiques aux étudiants.
Partenaires :   Université Polytechnique de Kaboul, en particulier le département d’architecture, de génie   civil, de bâtiment et environnement.
  •    Ministère de l’enseignement supérieur afghan

GROUPES CIBLES MOBILISES

  •    Les étudiants et les enseignants de l’UPK
  •    Grand public, par des expositions pour un impact plus large dans  le pays.
  •    Les ONG nationales et internationales qui travaillent dans le domaine
  •    Les artisans et les entrepreneurs

CALENDRIER :
  •   Date de mise en place du  projet : 2014-2015
  •    Nombre d’étudiants ciblés : un groupe de 30 étudiants
  •   Nombre des ouvriers qualifiés  ciblés : un groupe de 15 professionnels
1.    Résultats attendus
  •   Continuité des cours durant l’hiver à l’UPK , alors que toutes les universités sont fermées à cause du manque de chauffage.
  •     Soutenir  l’UPK l’emploi  des éco-matériaux et des énergies renouvelables sur des bâtiments    en terre existants.
  •    Donner une formation  de spécialistes aux futurs enseignants, architectes et  ingénieurs.


Je souhaite participer à ce projet: Je fais un don / Je fais un virement













































Je souhaite participer à ce projet: Je fais un don / Je fais un virement




Commentaires

Articles les plus consultés